Nébuleuse

Le site municipal de Saint-Apollinaire-de-Rias comprend, comme "domaine" le site de l'Association "Les Rias", laquelle gère la Bibliothèque Municipale et son "espace Public Numérique" (Point Accès Public Internet) -deux autres domaines - et assume, sous responsabilité municipale, la gestion globale du site (délégation par convention).

Divers sites/compagnons de route l'accompagnent : le Sivu des Inforoutes de l'Ardèche, nous hébergeant et portant, les blogs créés, les sites services utilisés, le wiki, et, encore à apprivoiser, le mégasite de Villes-Internet...

Tout cela constitue une nébuleuse difficile à cerner, mais dont la modélisation est d'autant plus indispensable que site d'une toute petite commune, nous n'avons pas la base solide d'assises structurées en services ni le cadre sécurisant d'objectifs quantifiés.

Entre étroitesse des bases et vertigineuse liberté intersidérale... Ou un blog entre béquille et fusée.

Et pour éclairage ou repères, le Galilée du "Et pourtant, elle tourne", Giordano Bruno et la preuve par Mendéléiev...

Pour la bonne compréhension de ce blog dont les messages s'enchainent à partir d'un tableau initial, nous conseillons de le lire en suivant l'ordre chronologique des messages à partir du sommaire.


samedi 8 décembre 2012

Dernière initiative de Novembre

1. Salle connectée  26/11/2012

ou charnière au grand jour !

Voir le texte intégral sur l'espace Villes Internet



La plus récente des initiatives et une initiative importante à plusieurs titres :

D'abord la présentation têtue d'un de ces petits livres non-pas-numérisés-mais-numériques créés à partir d'écritures textuelles et/ou d'images sur l'écran et d'écritures sonores, où le son a été produit pour l'ordinateur afin de dire un texte à voix différentes et, en regard, avec une image déterminée. Exercice d'école en EPN, écriture/composition pour préparer à l'écriture numérique mais surtout  pour préparer à la lecture complexe du numérique.


De plus, 
- elle montre qu'en dépit des travaux, l'EPN a fonctionné, souvent hors les murs et sur portables, mais ce qui était prévu a été fait,
- elle montre aussi que les parents s'intéressent à ce font leurs enfants, en EPN, donc aussi hors hors du milieu scolaire,
- elle montre l'évolution d'un petit  groupe dont trois vont entrer au collège. Par delà les familles, c'est toute une population rurale qui s'intéresse à l'évolution de jeunes dont certaine à laquelle nous avons, en EPN, appris à tenir la souris, en âge pré-scolaire... Donc une dimension durée, fort intéressante.

Mais ce gentil récit d'un temps convivial aux airs de fête d'école masque une profonde rupture. Un lissage qui n'a rien d'anecdotique.

Nous venons de basculer dans ce village rural d'un temps où la priorité était la lutte contre la fracture numérique à un temps où elle ne l'est plus, parce que la population a changé.
- avec le vieillissement de ceux qui ont acquis une culture numérique minimale au travers de processus de création de patrimoine, et
- l'émergence d'une nouvelle vague de retraités ayant appris à se servir d'un ordinateur dans leur travail...
- l'intérêt nouveau de jeunes parents habitués des réseaux sociaux, vis-à-vis des ateliers auxquels ont participé leurs enfants ou leurs amis - dans des groupes intergénérationnels (répartition encore bipolaire des âges surtout jeunes -scolaires et ados- et plus de 60 ans, les tranches intermédiaires étant moins représentées).

Ce qui s'est joué avec la présentation offerte par ces jeunes, dans  cette nouvelle  salle, où près du tiers de la population du village était réuni, et semble s'avérer de portée générale, c'est donc la quasi fin ici, de la rupture numérique pour laquelle nous avons tant travaillé, et en bonne part, par la simple disparition d'une génération.

Un changement qui s'est préparé en douceur quand, au titre du projet "Du recueil de mémoire à l'écriture transmedia," qui renvoyait à la patrimonialisation, s'est ajouté : "Travail sur les Ecritures Numériques en lien avec le thème de l'identité" : le travail sur l'herbier, marqueur identitaire, la publication de plusieurs petits livres numériques  livrant ou interrogeant des savoir-faire, y compris artistiques...Mais aussi le choix "d'augmenter le réel" en mettant en forme, organisant sous la forme électronique la moins chère et la plus rassurante : celle de ces petits livres numériques lisibles sur écran d'ordinateur  mais aussi, sans le moindre téléchargement, sur téléphone portable...Et de plus, transmissibles par Facebook...

http://www.saint-apollinaire-de-rias.fr
Domaine Les Rias /Publications
Ils seraient "rétros" ces p'tits livres parce qu'ils ont la forme livre alors que n'importe quel roman numérisé sur tablette étincelante serait le summum de la modernité ? Allons donc !

Et ne seraient pas outils de numérisation alors qu'on numérise à tour de bras (é kwa?) ? Faut réfléchir !  Peut-être marquer la différence en disant qu'on numérique ou numériquise ! 

Effectivement on ne passe pas un livre dans la machine à sortir de l'OCR. Quant à la présentation et aux ressources... 

La preuve par mon téléphone qui pourrait être celui de Christophe ou d'un autre... Avec les points engrangés, les prix baissent ; et puis les jeunes font des choix qui, parait-il font diminuer la vente des jouets etc etc etc
Grossissement  d'une Calaméothèque  navigable



Le livre ouvert à une double page de Mendy
En bas à droite, sur fond gris, le son de Mendy accessible par clic sur  lien.


Tourner encore une page, arriver dans l'espace de Mylène
 et cliquer sur son lien. On est  sur le fichier son, avec, en prime une image que vous n'avez pas sur l'ordinateur.

Et puis, on filme un spectacle, on numérise le film et on le projette. OUAIS.  
Mais là, c'est le contraire qui s'est passé.
D'un texte écrit sur écran, dit et enregistré, auquel on a associé une image, elle aussi conçue sur écran, qu'elle soit  fixe ou mobile (  la démarche des diverses séquences du "livre",)  on a fait et publié un livre lisible sur Internet et on  est passé,  après découverte du livre projeté, à la conception d'une présentation/spectacle vivant débridé...

Séquence pédagogique juste ? P't-être bien  mais pas sûr...Et un guidage des plus souples...

Exploration/création ? Essais-découvertes ? Quelques jours après que les mêmes jeunes aient éprouvé en Arles le besoin de courir le long de l'image d'Aitken,  puis d'un rapprochement physique comme pour se rassurer avant de repartir...et qui les fait rire chaque fois qu'elles le revoient...cf la vidéo en fin d'article...

Prise de conscience de la spécificité et de l'altérité du numérique ? A voir...

Ce qui est sûr c'est que si on veut avancer dans la compréhension des articulations entre local et réseaux, on ne fera pas l'économie d'une analyse des médiations fines - comme les cogniticiens d'Aix cités par Claude et Mireille Bastien travaillant sur la construction des connaissances et montrant, dans une recherche qui, à l'origine se penchait sur la remémoration, que le contexte perceptif - odeurs, couleurs, bruit, température... jouait un rôle important dans la construction des connaissances même les plus abstraites...


Ce qui semble étayer le bien-fondé d'une orientation culturelle du travail en EPN, qui s'est cristallisée presque seule et comme une évidence...


- de nature à conduire à l'implication dans un développement culturel et complexe où le  numérique est important et où il est aussi à interroger, notamment par rapport à la vitesse croissante du renouvellement des connaissances,  mais aussi par les bouleversements des pratiques culturelles quotidiennes   Arles (cf  le séminaire  2012 sur "Photographie et réseaux sociaux".) (1)

- avec l'accès à une culture scientifique et technique  nécessaire pour accueillir les innovations et obsolescences à venir et intervenir autant que possible dans les choix et options de développement
- avec aussi la capacité de chercher, évaluer, classer, utiliser des connaissances à extraire de l'Internet (cf conférence de Michel Schlenker), de les utiliser ou transformer (cf ateliers d'écritures numériques)
-  et la simple acquisition de techniques,  pour savoir utiliser les nouveaux outils de la vie courante - téléphones, tablettes, QRcodes ou remplir un questionnaire de Pôle Emploi

- Il y a par ailleurs à se poser des questions de fond, comme celle de l'identité, au travers de problématiques diverses - identités numériques, avec pseudos et avatars et des espaces de liberté qui vont se rétrécissant, identités des territoires avec les réorganisations en cours, identité et liberté de pensée  quand le supplément Sciences &techno du Monde titre ce 8 décembre 2012 "Pirates du cerveau"  ou "Des pensées à portée de casque" ou "Vos secrets les mieux gardés trahis par les ondes cérébrales"...  Un problème récurrent dans l'histoire de l'Intelligence artificielle (cf les années 80) et la science fiction.  Faire la part de la résurgence de vieilles idéologies neurobiologisantes (cf Gobineau mais cf aussi,  a contrario, "La Jetée" de Chris Marker - un film qui chaque jour rajeunit) tout en posant la nécessité de la formation initiale et continue, institutionnelle et populaire, indispensable à un contrôle citoyen accru. 



Lecture/Spectacle : rentrée en coulisse derrière l'écran...


Rupture fondamentale derrière ce festif  donc - fin d'une période et début d'une autre, caractérisée par la créativité sociale, les ouvertures culturelles offertes par un EPN devenant lieu d'exposition et diffusion des arts utilisant et questionnant  le numérique, et une vigilance citoyenne démultipliée,  capable de faire vivre une identité renouvelée étayée par la densité accrue d'un réseau local  largement partagé? ...


1. Il n'y  avait donc vraiment rien d'original dans le choix fait il y a quelques années à St-Apollinaire-de-Rias, d'aborder l'expérimentation B2i en commençant - et continuant- par un travail sur la photo et l'image. Question d'air de Camargue, vénéré ici. Les parents du maire n'ont-ils, comme beaucoup de jeunes mariés aussi pauvres qu'eux, fait leur voyage de noce en Camargue, à la Tour de Constance, en hommage à Marie Durand et à son "Résister" - dont une copie est affichée en mairie. Aigues-Mortes, une des premières sorties associatives des Rias, avant le Chambon-sur-Lignon. 1851, ces résistances civiles  ; nous en reparlerons avec  la réédition proche du livre d'Alain Sabatier... L'identité du lieu, son roman social, sinon familial, ne marque-t-elle le réseau social augmentant le réel d'ici comme sceau de ferrade? Rôle des médiations symboliques dans ces réseaux sociaux ? Valeurs ? 



dimanche 25 novembre 2012

Autres initiatives de novembre 2012

Deux appels à projet


- un projet à dominante artistique  



 Appel à projet artistique
 
Cf le texte intégral sur le site de Villes Internet 


                                



- un projet à dominante numérique



Appel à projet numérique
 Un projet à dominante numérique mais irrigué par l'artistique

     



- L'ouverture d'un blog du maire



Création d'un blog du maire
Voir l'initiative sur le site de l'association Villes-Internet 




dimanche 4 novembre 2012

1ère initiative de novembre 2012


I. Réseaux Villes Internet


Réseaux Villes Internet


Villes Internet propose à ses adhérents de se constituer un réseau de Villes Internet "à suivre".
La question qui se pose est celle des critères de choix des villes de ce réseau. Celui de la taille de la ville ou du village ne s'est pas révélé opérationnel, pas plus que celui  du choix de plusieurs domaines d'intérêt.
De plus, s'il est intéressant de voir ce que font les autres, mais il n'y a guère  réciprocité d'échanges.

Au plan local par contre, nous avons avancé dans l'articulation territoire/réseaux avec la création  progressive de ce qui s'est mis à fonctionner comme une espèce de réseau social local transversal autour de ces petites publications numériques sous Calaméo qui sont devenues références tangibles, vecteurs à double sens d'échanges féconds.

Un constat qui interroge. Mais les faits sont têtus et deux heures consacrées ce jour à un décompte précis puis à sa vérification aboutissent à un résultat stupéfiant : depuis  le début de ces publications le 11 octobre 2009, ce sont plus de 350 personnes différentes  (entre 350 et 400) qui ont écrit ou pris et donné des photos ou participé à la mise en scène d'une photo...c'est-à-dire ont contribué de manière décidée à cette écriture numérique.  Ceci sans compter celles qui les ont lues, en groupe ou seules, les partageant parfois  sur Facebook.  On en est à 26421 lectures. A la mi-mars on en était à 8500, soit une progression de 18000 visites en 7 mois 1/2,  ce qui représente plus du triple,  311%  du nombre de mars et s'est étoffé peu à peu, mais avec une accélération constante..

Ce qui semblerait  bien aller dans le sens de l'hypothèse d'un fonctionnement en réseau social  local. Cela serait-il dû, au moins partiellement, au fait que l'EPN et la bibliothèque ne pouvant en raison des travaux fonctionner comme tiers lieu habituel, les Calaméos auraient joué  un rôle de substitution comme source d'information ?  Les tendances qui paraissent significatives  : fort taux de consultation de ceux qui concernent les travaux, mais surtout de ceux qui montrent des innovations en matière d'écriture numérique - textuelle, visuelle et sonore, ou présentent des publications imprimées. A étudier avec plan multifactoriel...  typologie et date de parution notamment. Prendre en compte aussi la politique éditoriale de Calaméo qui semble se  situer en réseau social, ses applications pour téléphones... 
10 publications  qui dépassent les 500 lectures, 1 barre que vont dépasser rapidement des publications récentes, 5 qui dépassent les 1000 lectures dont une qui dépasse les 2000) Bref des données qui interpellent. La nécessité d'une étude approfondie qui prendra du temps et demandera quelques révisions en statistiques... Il faudra aussi interroger les lecteurs après les avoir identifiés...

Une raison de plus, pour choisir de partir de nos préoccupations, de domaines où on a des questions émergentes, pour constituer au niveau de Villes Internet un réseau fondé sur des questionnements - intérêts et besoins - ce qui nous obligera au moins nous-mêmes à contacter ou recontacter ceux dont on sent qu'ils ont une expérience qui peut nous apporter et à travailler en amont pour élaborer les questions.

Y aura-t-il réciprocité ou mieux questionnement partagé ? Peut-être, s'il y a déplacements, transferts de documents et qualité suffisante et si nos partenaires ont aussi besoin de structurer leur propre travail. Peut-être, et c'est sans doute la cause d'échec relatif,  convient-il de s'adresser à des porteurs de projets précis plutôt qu'à des webmasters de grandes villes impliqués dans un projet de communication global  et non dans des travaux spécifiques.

D'où cette sortie précipitée en Arles pour une exposition qui semble d'immense qualité et susceptible d'enrichir considérablement notre appréhension sinon des "arts numériques" du moins des arts utilisant et questionnant  le numérique. Par ailleurs on connait bien la Fondation Luma et ce sont souvent les plus qualifiés qui, passionnés par leur travail,  sont les plus prêts à communiquer...On sait aussi qu'au moins on y trouvera des documents.

Réponse sous peu...

Bayonne, le projet global est intéressant mais il parait évident que pour avancer il faut trouver le porteur du projet spécifique qui nous a retenu- la formation scolaire par les arts numériques.

Bref tenter de transposer à un autre niveau, ce qui a marché au niveau local, bien sûr en l'adaptant. Mais cette idée de réseau et de mutualisation parait  féconde...

Il y a aussi le réseau Ecoles-Internet Une grande richesse découverte dans une école de Haute-Savoie, du réseau Ecoles-Internet,  écoles et sites d'écoles et circonscription et comité USE. Des démarches transposables  à un site de ville, des Chemins de mémoire à ces petites vidéos réalisées lors de simulations permettant de mieux appréhender l'origine et la propagation des séismes... Ou une autre avec laquelle on pourrait parler "livre numérique", de  Cluses également, où nous avons pu nous inscrire en suivi  Villes-internet.

Du réseau Ecoles Internet à "Curiosphere.tv"  où on couvre des vidéos intéressantes qui posent ENFIN la question de la nécessité d'un apprentissage de la lecture de l'écriture numérique (vidéos de Bruno Germain). Une étude relativement intéressante où on aimerait néanmoins ajouter
1.en ce qui concerne la lecture du texte sur écran, la nécessité d'une lecture tabulaire - pas seulement pour la poésie - et
2. la grande question de l'apprentissage de la lecture d'une écriture numérique complexe s'apparentant à la composition et l'orchestration d'écritures textuelles, iconiques, sonores et de leurs compositions, soit de sytèmes de systèmes hétérogènes et composites... d'où, aussi,  des compétences en matière de planification, design...
Quelle place et quelles formes d'une lecture logographique nouvelle à côté d'une lecture alphabétique dont la place se relativise... (Ce n'est pas un hasard si on réinterroge actuellement avec beaucoup d'intérêt les poètes concrétistes brésiliens et les avant-gardes du XXème siècle - dadaïstes, lettristes, poètes sonores.. Cf Donguy... Par ailleurs il y aurait à réinterroger ces glyphes mayas qui conjuguent alphabétique, logographique et iconique )  Des avancées en perspective sur ces apprentissages dans "francetv éducation" qui doit naître de "Curiosphere" ?
Bref plus de questions que de réponses mais une voie qui parait s'ouvrir : un réseau pour réfléchir ensemble à partir de questions partagées et posées aussi par ces sites d'école d'Ecoles-Internet (Lecture de l'écriture numérique et, d'abord pratique et apprentissage de l'écriture numérique...) Déjà d'un des premiers sites lus : quelles compétences de lecture pour découvrir le site de l'école de Mieussy et quelles compétences d'écriture numérique former chez les élèves, et comment, pour qu'ils puissent devenir le plus autonomes possibles dans la réalisation et la tenue d'un site?
Il y a des sites universitaires, educnet, le CNDP et les CRDP, les UER de sciences de l'education (?), les IUFM intégrés aux 1ers cycles avec certains avantages mais avec la perte, semble-t-il des immenses ressources qu'offraient en IUFM les stages mixant formations initiale et continue...
Que peut apporter un espace Ecoles-Internet sur le site de Villes-Internet ? La découverte de sites d'école sous réserve de respect total des contrainte liées aux droits à l'image et aux droits d'auteurs... la mutualisation de ressources ?  Des regards très divers, intrgénérationnels et interculturels... Et puis ces échanges par affinités entre écoles qui aboutissent à des échanges effectifs...
Et encore, et pour peu qu'on les aide à découvrir des initiatives intéressantes de villes, élargir cette nouvelle culture à composante numérique des élèves de cycle 3 d'ici ou d'ailleurs...



2. Création d'un blog du maire...

Un outil simple, complémentaire du site,  pour communication rapide et pour recevoir vos commentaires en direct.....
 Un outil au service de la démocratie directe. A vous de le faire vivre...


3. Appels à projet  artistique et numérique...cf prochain post !





lundi 29 octobre 2012

Initiatives d'octobre


I. Heureusement le Hors les Murs !



Accès à l'initiative sur le site de Villes Internet 

 Hors les murs : du choix pédagogique à la contrainte en raison des travaux en nos locaux...

Et un calaméo des travaux, où s'infiltre la dérive augmentée créée en atelier hors les murs... 
Du posirif...

- 1.  Pour la mairie, le bal folk sur l'esplanade du Temple. Un temps bref,  fort et sympathjique... Une réussite!  Du ponctuel...

3 vidéos dansantes en article, puis un Calaméo du bal... qui fixe et permet les partages... 
Du positif. 

- 2. Pour l'EPN, ateliers en centre d'expositions intallées au Temple...  

Celle d'Adine Duval puis celle de René Andrieu
Malgré l'interêt  des  expositions, avec la durée,  une certaine usure. L'intérêt,  sinon les conditions,  du tiers lieu s'y perd  dans la contrainte et les manques... (comme celui de l'Internet)       

Divers Calaméos ; outre ceux sur les peintres, les visites, les outils d'Adine la restitution du travail de l'image...

- 3.  Pour le forum des associations,  ateliers sur table où se succédent les auteurs... Là, pour une seule journée ; et un festif dynamique...

Et un riche  Calaméo...     




II. Publications charnière ?


Accès à l'initiative sur le site de Villes-Internet 
Comme mayonnaise qui prend, les diverses publications numériques locales, dans leur globalité ont pris une nouvelle consistance comme nuage de référence composé d'un système évolutif et ouvert, appartenant à tous, de références précises. 
Comme un réseau-maison qui prend une place de plus en plus grande par rapport au site qui en est porte (s) d'entrée. Un réseau de plus en plus utilisé par tous. 



Comme charnière entre le local et LES réseaux, collectif et plus neutre quand les facebooks sont plus personnalisés et engagés...
Non plus une somme de publications mais un réseau vivant et repère contenant comme table des matières  sa propre liste des publications...

Depuis la publication de cette initiative, de nouvelles parutions dont un microsystème de deux puis trois brochures qui s'est imposé modifiant a posteriori le contenu même de notre fête de la science. 

Ou ces publications qui articulent populations, lieux, niveaux de réel...  
            
                                                                                

III. Numérique et artistique.

Numérique&Artistique 

Notre choix de torsader numérique et artistique, 
de travailler la suture des deux domaines, 
un choix validé 
par les avancées de deux séries d'atelier d'écriture numérique, 
par l'article d'Art Press sur Acquaviva, 
par les photos et vidéos de son dernier travail de résidence par Sébastien Camboulive...


La traduction de ce choix par la mise en forme et publication de deux appels à projet...






L'herbier
L'herbier intronisé marqueur identitaire du lieu un jour de workshop avec Pierre Ménard où une habitante, Paulette Vignal-  a voulu résister à Google Street - qui montrait une partie de l'intérieur de sa salle de séjour-  en toute ignorance de l'arrivée des robots flâneurs...

Et si l'herbier en ces temps de réchauffement climatique, était aussi marqueur temporel ? 

L'herbier avec plantes apportées ou sorties photos et bientôt un bel herbier numérique bilingue - occitan/français, nourri de dictons...et de précisions quant au "patois" d'ici - qui n'est pas celui de saint-Agrève...

                                                  Herbier 1                                       Herbier 2 

A quand une option occitan dans une des écoles de ce plateau où tant de richesses ethnologiques, historiques, linguistiques,  encore disponibles, ne sont pas exploitées ?

L'association Les Rias, en tant que telle, vient d'adhérer à l'IEO  (Institut d'Etudes Occitanes). En attendre en Bibliothèque et EPN, un développement du rayon de livres en occitan ou bilingues et, notamment, de très beaux textes du XIIIème siècle, et un enrichissement de la sitographie en la matière, y compris en dictionnaires et études linguistiques... Bientôt, aussi,  la publication sur calaméo de dictons relevés par Michel Rey et traduits par le groupe des Baraques -avec précision éventuelle de variantes locales...



V. Fonds documentaire : constitution  


Constitution d'un fonds documentaire


Un choix réfléchi pour la Fête de la science 2012. D'abord, tenir les deux bouts, conjuguer artistique et scientifique, comme deux modes de connaissanUne situation extrêmemnt difficiles ce complémentaires et indispensables.


Le constat aussi que les pratiques utilisant le numérique  tendent parfois à un nivellement artistique et scientifique - comme si l'utilisation des fabuleuses ressources du numérique dispensait de la réflexion de fond, de l'expérimentation  et de la création en fonction d'objectifs d'abord artistiques ou scientifiques. 


Dans ce cadre, la réflexion sur la démarche scientifique en matière de constitution de fonds documentaires, parait essentielle, ne serait-ce que par respect  pour la population reçue en bibliothèque ou EPN. Une population peut-être peu diplômée dans son ensemble mais dont la frustration scolaire des plus âgés ou des parents ou grands-parents,  liée à la primauté accordée à la ferme et au travail des champs - une question de survie- a motivé, cette appétence pour le savoir scolaire qui se transmet toujours sur ce plateau (cf le texte de Mendy, p9 du calaméo,  le livre de Paulette, une réédition sous forme numérisée et non numérique...). Il y a aussi, lié à une culture religieuse et de résistance, cette  immense valeur accordée au Livre, que les ancêtres cachaient au prix de leur vie ou de la déportation, et avec lequel de nombreux enfants ont appris à lire seuls ( de la valorisation globale à la position du principe alphabétique par les lectures orales suivies livre en main). Et puis les dérives comme "c'est écrit sur Internet ! ", sous-entendant "donc c'est vrai",  nécessitaient une réflexion qui n'en est qu'à ses débuts. Le texte de Michel Schlenker - étayé pat les abonnements complétés aux revues scientifiques commence juste une longue vie d'outil de référence. 


VI. Arts Numériques  


Arts Numériques

Ou le choix de faire de l'EPN, dans nos locaux nouveaux, et ce dès la réinstallation, un lieu permanent de diffusion des Arts Numériques...

Donc, y faire des expositions. La 1ère sera celle de la restitution terminale de la résidence de Sébastien Camboulive "Les papillons verts" - ou ces paysages à l'étrange identité,  à la fois très  contemporains et comme classiques, perçus comme "très beaux " par les premières personnes les ayant découverts par photo ou vidéo - et le Visage générique choisi de l'Ardéchois d'ici -  la vidéo "Ardèche". 

Donc pouvoir y montrer continuellement une oeuvre en vedette ou un site/oeuvre à découvrir et des sitogographies ou blogographies...
Donc pouvoir y proposer en continu pendant les heures d'ouverture des activités de médiation pouvant déboucher sur des publications numériques susceptibles de faire connaître ce travail, de le soumettre à la discussion et d'enrichir celle-ci de ces exemples. L'oeuvre de référence comme les sitographies et expositions permettant de poser la distance entre écritures numériques complexes et oeuvre d'art, culture numérique et culture artistique, et  à  l'intersection, arts numériques - plastiques ou sonores ( Acquaviva, St-Apollinaire-de-Rias, juin 2012)...



Ecritures Numériques

On a d'abord écrit sur l'écran comme sur le papier, puis les outils se sont diversifiés, puis  on s'est ouvert à une image qui ne soit pas "illustration",  aux sons, à la vidéo  ne serait-ce qu'en disant "j'aimerais du trafic en fond d'image" (sans dire si statique ou mobile ce trafic) ; alors on est allé au plus simple, et  pour le son  "un bruit de ressac"... Pas évident à trouver sur le web,  l'Atlantique est loin et fabriquer ce son prendrait beaucoup de temps.  Alors là une vidéo de vagues chantées en breton.  Le numérique permet substitutions, détournements et si "traductions" est un mot qui peut s'oser, elles n'ont rien de littérales !  Bref,  évolution des pratiques qui n'en est sûrement qu'à ses prémices... Là c'est du constat -irréfutable...
En publiant la liste de nos publications dont toutes les publications numériques, on a fait émerger une entité nouvelle, un nuage, l'ensemble de nos publications sous Calaméo.
Nuage consistant, multiple, divers, collectif et Bien Commun, traversé d'échanges - pour l'écriture ou la composition, l'orchestration - soit pour la fabrication - puis échanges lors de la diffusion avec les lecteurs inconnus ou ceux qu'on voit en face lors d'une projection à partir des sites ou sur l'ordi en EPN ou seul ou sur smartphone en visite à une auteure hospitalisée...(Les pages se tournent et, s'il y a du son, on entend...)

Notre récente publication de l'atelier d'écriture au long cours de la Fête de la Science 2012 peut se lire sur papier en 10 mn ou sur écran en sans doute une heure 1/2 au moins - avec les sons, la vidéo, la musique, les autres hyperliens... Une lecture dense, en épaisseur, qui joue avec la temporalité et la spatialisation...

Les tirages papier sont encore parfois substituts, plus souvent appels d'air pour aller plus loin, vecteurs et supports d'échanges, moins fluides que facebook,  mais plus pérennes, comme référence qui reste. D'ailleurs la plupart des publications sont maintenant immédiatement diffusées sur facebook et google+

Nuage, espace charnière, lien pour échanges
- horizontaux pour dire, quand manque le temps, "je voudrais un fond comme ça, cette police d'écriture"...
- charnière donc du local  aux réseaux  mais aussi du ou des réseau(x) au local...
- comme réseau social local transversal,  passeur pour  entrer dans l'écriture numérique et sa complexité...
- charnière aussi entre apports de mémoire, documents, savoir-faire - toute la richesse du local - et apports  des arts, notamment "numériques" au travers des expositions proposées, de la découverte de sitographies, d'activités de médiation à venir lors des résidences d'artistes. 

C'est pour aller plus loin dans cette démarche, pour mieux appréhender encore cette articulation local/réseaux qui, ici, s'inscrit en bonne part dans ce nuage des publications numériques, mais peut prendre ailleurs d'autres formes,  que nous faisons cette année un appel à projet artistique ayant pour titre "L'articulation réseaux numériques/local",  notre appel à projet en direction des jeunes  devenant "Mon territoire ? J'l'transforme!" ( Deux prochaines initiatives après fin des consultations - et en sachant qu'on peut être jeune - ou vieux- à tout âge !) 


VIII. Les collectivités locales étranglées

Les collectivités locales étranglées 

Une situation extrêmement difficile qui risque d'avoir des conséquences dramatiques et irréversibles sur l'économie locale et l'emploi. Des savoir-faire menacés et tout le tissu social et humain...



IX. Emploi  du feu  


Emploi du feu

Des maires soucieux de l'intérêt de leurs  concitoyens, des règlements à prendre en compte et de la sécurité...


X. Sitographie nouvelle  

                                 
Sitographie nouvelle



Un article en tête de ce même blog avec les adresses utiles... Le site, les espaces sur d'autres sites, les comptes utilisés...  Un premier facebook de groupe utilisé... Un document qui restera en tête de ce blog passeur et sera régulièrement remis à jour...

A noter la création effective d'un nouveau blog, celui de Michel Cimaz, Maire de Saint-Apollinaire-de-Rias.

                                       


mercredi 3 octobre 2012

Villes Internet : bilan 2011-2012 contrasté d'une année un peu difficile pour nous...


en raison notamment du déménagement dû aux travaux qui n'ont pas été sans incidences sur la vie locale. Dur de faire certaines manifestations habituelles, dur de planifier et même d'organiser des activités de substitution quand on est dans l'incertitude totale quant au calendrier... Et l'attente émousse même la curiosité.

Et pourtant le territoire a vécu, les actions se sont faites ailleurs. Une très grande réussite de manifestations festives municipales - comme le bal Folk - ou associatives - comme le concours de pétanque mais aussi de manifestations culturelles diversifiées (expositions Camboulive, Duval, Andrieu...) ateliers d'écriture numérique au temple des Baraques en liaison avec les expositions, et à Beauchastel, Vernoux, au Vernat. Ateliers théâtre et travail sur la kinect, les avatars et l'identité  au 1er semestre 2012) , présentations de livres... au Vernat, ou à Vernoux, qui se sont encore enrichies en ce début d'année 2012-2013, souvent hors les murs. Et une suite qui s'annonce bien.

Cependant la recherche de palliatifs locaux ne nous a pas permis de nous investir comme nous l'aurions souhaité dans l'aventure du déploiement d'une vie en réseau sur le site de Villes-Internet. Pire, alors que le site d'Arles s'est métamorphosé, que Sophie Calle y exposait, c'est la 1ère année depuis bien longtemps que nous n'avons pu organiser une sortie aux  Rencontres Internationales de la photo ! Ce qui privait d'une opportunité  -via Arles - pour l'entrée de la population locale dans le réseau Villes-Internet à partir de l'espace de Saint-Apollinaire-de-Rias. 

Frustrant,  malgré de  belles avancées quant à la "charnière" local/réseaux et aux types d'interactions à double-sens qui la constituent,  souvent portées par l'élaboration et la diffusion des petits livres numériques et de leur pâle copie papier.  Un travail de synthèse pour préparer les Rencontres de  Bourlatier, le pire (un brouillard à ne pas y voir à un mètre, au Gerbier, et le meilleur quant au cadre et à la richesse des échanges...)

Une expérience qui nous a renforcés dans l'idée qu'il faut du tangible - géographique et/ou thématique - pour s'aventurer dans une telle complexité... Si un de nos artistes en résidence ou passage pouvait aller s'exposer en Arles - Camboulive ou Acquaviva ? Ou les deux ? D'Arles à Villes Internet, de notre espace mieux connu, aller, par le réseau, à Arles et autres villes - Bron ? ... Nous avions des amis en Polynésie qui nous ont présenté des projections et peuvent les re-présenter dans un autre cadre. Y a-t-il des Villes Internet en Polynésie ?

Nous avons cherché "Arts Numériques" mais le critère n'est apparemment pas encore pertinent à ce jour...

Pourtant Guy Fréry, coordonnateur des EPN de l'Ardèche pour  le SIVU des Inforoutes, vient de diffuser (des démarches parallèles, semble-t-il en Drôme et peut-être Rhône-Alpes ),  émanant de "labase",  une proposition d'organisation dans les EPN, d'expositions d'artistes numériques ou utilisant le numérique... Une initiative très intéressante conjuguant objectifs artistiques, numériques et sociaux...et qui montre que notre choix était dans l'air du temps...

Donc nous n'avons pu faire tout ce que nous aurions aime faire et nous sommes focalisés sur les réseaux locaux immatériels ou hors les murs...Mais des initiatives de proximité en Rhône-Alpes, pourraient à partir de l'introduction des arts numériques en tant que tels dans les EPN, ouvrir une voie inédite et attractive à la vie réelle de réseaux inter-villes ou communautés sur le site de Villes-Internet...



Une première : 5 livres Calaméos en ligne

Et puis, une grande première :

Suite à notre requête, Villes-Internet a fait le nécessaire sur son site pour que dans la partie Medias sous l'en-tête de la ville, puissent figurer, outre images et vidéos, des calaméos opérationnels. 
C'est fait et ça fonctionne.

Non seulement des exemples de publication sont en ligne, mais la calaméothèque elle-même, ce qui permet d'accéder, au fur et à mesure de leur publication à toutes les publications créées.

A noter aussi la présence de deux de nos trois murs vidéos.

Un  espace "Medias" renouvelé...
tx_icscommunity_pi1%5Btable%5D=tx_icscommunity_group&tx_icscommunity_pi1%5Bgroup%5D=1990 

Quelques  exemples divers et significatifs

jeudi 27 septembre 2012

Du quantitatif au qualitatif...


Statistiques ou autres éléments quantitatifs et qualitatifs


Nébuleuse Internet ou ensemble des sites et blogs gérés en tout ou partie...  Site municipal global  : les 300000 adresses IP différentes dépassées, comme les 33500  visites sur les blogs et 21000 sur Calaméo, les  2000 sur Daily motion...  Soit  plus de 369000  avec  au moins 12300  visites des initiatives sur Villes-Internet. (Nous n’avons pas compté les visites de nos articles sur le site de la FOL  ou grâce à lui et sa lettre d’information). Nous n’avons pas non plus comptablisé ce qui passe sur ou par les sites des Inforoutes. Ceci confirme l’impression d’aller vers une « nébuleuse », réseau, système à géomètrie variable de sites, blogs, espaces sur sites,  où LE Site joue un rôle d’ancrage identitaire et d’aiguillage, mais ne saurait être seul. Et une comparaison mai/septembre des mouvements internes à ce système site/blogs... très instructive

Ce qui est intéressant pour ce qui est comparable (sur ces 4 mois mai/septembre ) :
- site, progression 110%
- blogs, 132%
- calaméos, 196%...

Ce qui confirme les impressions
- quant aux difficultés de consultation d’un site alourdi par les images et les vidéos,  difficile d’accès donc, sans des conditions optima de débit et d’équipement et dont il faudrait faire passer des pans entiers en archives ou sous une forme de site-album à inventer...
- à l’approche par brèves ou lettres d’information des articles ce qui fait monter, globalement, la consultation des blogs, le maniement des liens étant largement passé dans les pratiques.
- à l’explosion des « calaméos » qui peut s’expliquer par le fait qu’ils remplacent souvent les planches photos antérieures, donnent plus d’informations – notamment  par l’image, que beaucoup s’y reconnaissent et que, surtout, ils permettent une démultiplication des « auteurs » qu’à ce jour il n’a pas été possible d’obtenir pour l’écriture d’articles sous spip (site) ou pour celle de commentaires sur les blogs. Force est aussi de constater que même si certains viennent à l’EPN avec déjà leurs photos prêtes, leur texte sous Open Office ou word ou image, c’est la pratique d’écriture numérique qui repose à la fois sur un maximum de rencontres effectives avec l’équipe, sur une implication personnelle la plus exigeante – mais aux résultats tangibles,  et sur l’ancrage local le plus fort. Ce qui tendrait à montrer que c’est la vie locale, le travail partagé, ne serait-ce que par le fait d’être en un même lieu (ce tiers lieu !), qui constitue le socle des pratiques et échanges virtuels. L’importance d’un ancrage local, du moins au départ, mais aussi comme référence constante et recours toujours accessible... 

Une dimension des EPN et autres tiers lieu à prendre en compte... 

De plus la réalisation d’un calaméo suppose une certaine durée de travail qui ancre le travail de chacun dans le réel, à des degrés divers, y compris dans des réalisations collectives. C’est paradoxalement l’outil le plus participatif – à côté de facebook... Et puis c’est si facile à communiquer aux amis et à la famille où qu’ils soient. Donc un fonctionnement comme réseau social ? Transversal aux autres... A étudier en tous cas...(1)

D’où la confirmation des préconisations de navigation : accéder à cette nébuleuse par la lettre d’information qui ne peut plus être hebdomadaire sous peine de hâchage pointilliste d’un contenu qui s’est complexifié. Entre deux lettres d’information, accéder aux informations par les Brèves – colonne de droite en page globale du site municipal. Les références et liens s’y inscrivent au fur et à mesure des évènements, réflexions, besoins,  après – donc au-dessus de la dernière mise à jour. De temps en temps,  l’ordre est restructuré en fonction de l’importance relative des articles à un moment donné ou de l’actualité (tout en gardant ce qui peut apparaître comme « redites » quand cela traduit le cheminement d’un travail). Les liens orientent directement vers un article « DU » site ou d’un blog ou d’un autre espace...

----------------------
1. Il ne s’agit évidemment pas d’une étude scientifique, juste d’une 1ère approche permettant de faire émerger certaines hypothèses qui ne sont pas les seules. L’accessibilité des calaméos, ce petit bruit plébiscité quand on tourne les pages, une forme-livre rassurante et des possibilités d’audaces mesurées pour peu qu’un catalyseur soit là...





jeudi 20 septembre 2012

Ville-Internet. Le point au 21 septembre ?


Envoyer des initiatives ponctuelles, que d'autres feront parler,  n'est pas difficile.
Faire part de mouvements d'humeur, face à des  difficultés  imprévues, ou, au contraire, au constat de l'atteinte d'objectifs, non plus.

Si la taille d'un village permet d'être au coeur de ce qu'on appelait -et appelle toujours- une recherche-action, de plus en ce lieu privilégié de jonction du local et des réseaux que constitue l'EPN  - au premier rang pour suivre les évolutions de cette jonction avec le renouvellement et la formation de la population, la plus grande accessibilité des technologies,

il faut un  travail d'analyse, d'évaluation et de synthèse d'autant plus poussé, ne serait-ce que pour en tirer des hypothèses seulement  plausibles, qu'il faut faire la part de l'incidence de l'observation, des actions et du pilotage sur les phénomènes observés,  pour   contribuer à la réflexion collective, tout en continuant à  orienter le travail en cours dans un contexte précis.


Après des incertitudes et des interrogations liées à la complexité  et l'hétérogénéité des questions que posent, en divers secteurs, le développement multiforme du numérique et la rencontre de contradictions diverses et d'ordres différents, plus que d'une simple pause méthodologique, la nécessité du temps suffisant à une réflexion approfondie...

En est né un projet renforcé, enrichi, solide et participatif, fondé sur des bases et concepts clarifiés -notre projet partagé et collectif d'augmentation du réel d'ici, structuré par le trajet d'est en ouest/nord-ouest  et retour vers est/sud-est de notre parcours d'art -lequel à ce jour est ponctué de trois installations pérennes profondément ancrées dans les projets vécus et partagés et porteuses de savoirs, savoir-faire, expressions et créations... et donc d'interrogations.

La  tâche  actuelle  est  faite  de  recueil,  complément,  mise  en  forme,  classement,  articulation  -  un  temps  énorme  pour prendre en compte la richesse des apports de chacun...

 et  tenter,  au  mieux,  de  dégager   des  hypothèses  plausibles  quant  à  la  nature  des bouleversements en cours sur ce plateau rural à l'identité forte.

Ebauche, 1er document de travail utilisé pour la Fête de l'Internet.
Il faudra un outil beaucoup plus grand pour y situer tous les apports !
-ou sous forme vidéo ou sous forme de carte interactive ou...  etc


Reste pour pour préciser ce qui se dessine  à interroger plus avant les liens entre :

- ce  local  bien  identifié   mais dont   l'identité  évolue  néanmoins  avec le renouvellement partiel  de la population et le développement de sa formation culturelle et numérique,

                                                                   &

- ces réseaux sociaux qui s'épaississent dans la proximité(1), comme toiles de très petites araignées d'ici sous velux...


Reste pour  préciser ce qui se dessine  à interroger plus avant le rôle des publications numériques  :

- - publications numériques  aux rôles  conjugués de catalyseur et charnière ?

     --- fondatrices de ce qui apparait comme un nouveau réseau social - local, typé, à l'identité s'affirmant,
  à la fois numérique   et directe,   et transversal aux autres réseaux sociaux.


-Reste  pour préciser ce qui semble se dessiner   à interroger  les relations de l'ensemble structuré      de publications numériques avec les autres réseaux sociaux, comme Facebook,  le plus utilisé ici....

          -> ainsi, quelles relations de ces publications (en nombre significatif) avec Facebook ? Par quelles  voies ?
          Liens directs  Calaméo/Facebook ? Daily Motion/Facebook ?

    ---en même temps, les contenus de ces publications semblent se transformer,
comme si elles dérivaient d'elles-mêmes d'une lourde  fonction de patrimonialisation à  une augmentation"
 plus légère" et diversifiée du réel...


- ->  tenter d'appréhender aussi  le niveau de spécificité ou au contraire de généralité  de ces phénomènes,



    -> ne serait-ce qu'à partir de quelques exemples ou même d'un seul , en se posant ces mêmes questions à  partir d'éléments connus ou plus ou moins perceptibles d'autres villes du réseau.



Tout cela demande recul et le temps d'une réflexion approfondie pour juste affiner et préciser des hypothèses


Question subsidiaire : l'EPN et la Bibliothèque étant tiers lieux ou creusets  d'où émergent ces réseaux ponctués de  publications   ou  créés  par   ces   publications,   qu'en   irait-il   sans  ces  types  de   pratiques,  sans l'existence  de   tiers  lieux  et  de  références partagées?


__________________________
1. cf le rôle du facebook de Cynthia dans l'extraordinaire  succès  du concours  de pétanque - un facebook ancré dans un riche tissu relationnel...
Sans doute aussi de celui d'Ophelia dont les taux de lecture des   publications  numériques  les  plus  théoriques dans les domaines des arts visuels, de l'édition numérique et des écritures spécifiquement numériques battent tous les records de lecture parmi ces publications...




   

mercredi 19 septembre 2012

Vous avez dit "publications" ?


L’amorce d’une autre réflexion sur les publications. 

Par delà    --->  la médiation sociale instaurée, 

                --->  les processus de patrimonialisation, 
                                         |
                                         |
                                        V

         le travail sur le réel augmenté du parcours d’art 

                     a accentué la prise en compte 

          de l’identité du local et de sa richesse. (1) 


De l’identité du local et de ses voies d’accès 

                                  notamment par l’image entre 1,2,3  people et 
                                      Google images, par le feed-back de spip...

                                               |
                                               |
                                              V

on en arrive vite au rôle charnière de ces publications (2)




 charnières tangibles sinon incontournables 
entre le local et les réseaux 
ou les réseaux et le local. 



Google images (sur mur d'Ophelia Escriu)




Et quand Cynthia ou Ophelia nous les balancent sur leurs facebooks, alors 



                            la charnière boucle et bouillonne...




et vous capte sans vergogne performances de Blaine ou mystérieux déplacements d’Acquaviva, ou collages d’Apallec...

en l'attente des « papillons verts » à venir de Camboulive... 




L'identité du local c’est aussi ce qu’on y aime




et sur Facebook c’est fou comme on est entraîné à aimer... 


Avec maintenant un journal qui permet de partager ce qu’on aime des amis sans, semble-t-il se laisser submergé par eux.


_______________
1. des souvenirs de Paulette aux savoir-faire de Geneviève ouverts sur des écritures inédites ou à un projet de flash-mob en gestation.
2. entre reportage et essai en passant par divers niveaux d’expression ou création